TitreArticleClara

LA LISEUSE MODERNE

CorpsArticleClara

Le livre est un objet magique dune force considérable (et je ne parle pas forcément du poids du bottin utilisé dans certains commissariats) ; dans son Université de magie, Terry Pratchett en garde même certains enchainés aux rayonnages tellement leur puissance peut être dévastatrice !

Il faut dire que depuis plus de 500 ans quil circule, le livre a eu le temps de faire ses preuves. Son poids rassure, lobjet renferme plusieurs fonctions étonnantes et inattendues (tapette à moustiques, cale-porte ) et parfois scabreuses quand on na rien dautre sous la main (difficile den dire autant de la liseuse)

Notre attachement à lobjet la rendu signifiant : au delà de ce quil raconte, le livre possède un sens qui nappartient quà nous, il est un lien profond, spécial, unique, entre nous et le monde qui nous entoure, entre nous et le Temps. On peut retrouver des secrets dans les pages, renifler lodeur du temps (qui a passé et qui fait éternuer), il appelle des souvenirs (livres offerts, souvenirs de découverte), on y exhume avec émotions, des fleurs glissées entre les pages dans un accès lyrique, des bouts de numéros de téléphone, on y lit les annotations dun être cher aujourdhui disparu mais dont le souvenir soudain nous enivre... un livre, cest un peu le pavé sur lequel trébuche Marcel Proust à la fin de La Recherche : un achoppement qui soudain déroule toute myriade de souvenirs et de sensations.

Honnêtement, je ne suis pas sûre que la liseuse soit un objet qui détienne un tel pouvoir. Ce quelle contient doit pouvoir se résumer en lignes de code tout à fait déprimantes. Elle est dénuée de tout lien affectif transmis par lobjet et ses contours. Mais elle possède une autre magie, contemporaine, fascinante : elle contient des milliers dhistoires. Derrière son petit écran, sétalent les rayonnages de la bibliothèque dAlexandrie, dans la poche de ma veste, où que je sois. Et je nai, pour cela, ni décimé les forêts, ni exterminé des seiches ! je peux désormais déménager ma bibliothèque au 7ème étage sans souffrir ! Et puis elle brille dans le noir, et les pages seffeuillent en silence, ce qui permet (et ce nest pas négligeable !) de lire sans déranger son compagnon de lit.

Jadore les livres. Et je vais continuer à en acheter, avec passion. Mais, de la même façon quun disque nest pas la musique quil contient, je suis plus attachée encore aux histoires quil porte, à la musique quà son support. Une bonne histoire reste toujours une bonne histoire quelle soit racontée, lue sur papier ou sur écran. à chaque instant, la vie nous offre des occasions de vérifier sa force indiscutable, sa magie ancestrale. Nous tissons des histoires tous les jours, un rien peut générer un roman : deux mots, une remarque saisie dans le vent. De quoi est partie la Bible ? (le « best seller ever ») ? dun gars qui faisait des tours de magie épatants ? de récurrents problèmes de stérilités dans les familles ? de drames liés au bornages de territoires ? dun rien, certainement, comme la plupart des bonnes histoires que nous, les auteurs, nous efforçons de transmettre. Et cest cela, cette chose si précieuse, si nécessaire, que nous offre la liseuse : dans sa pureté, elle donne tout son sens au mot « histoire ».

Bonne lecture !

NomAuteur

CLARA BAUM